Comment prendre en charge la souffrance au travail ?

La souffrance au travail est de plus en plus présente au sein d’une entreprise. Étant un véritable risque pour la santé des salariés, elle nécessite une prise en charge particulière. Quelles qu’en soient les causes, il est impératif de gérer la souffrance au travail afin d’éviter toute complication telle que des dépressions, voire des suicides. En effet, la souffrance au travail peut être liée au stress, à la violence, à des facteurs individuels ou collectifs. Comment prendre en charge la souffrance au travail ? Voici quelques conseils.

Recourir à l’expertise sociale

Le niveau de souffrance au travail peut être déterminé à partir de quelques indicateurs particuliers. Bien que les signes de la souffrance au travail varient d’une personne à une entre, il existe quelques signes qui ne trompent pas. La qualité du travail qui diminue peut notamment indiquer que la personne est dans le besoin. Il peut également s’agir de la productivité ou des moments d’absentéisme. Quels qu’ils soient, la solution la plus efficace pour prendre en charge la souffrance au travail est de recourir à l’expertise sociale. Les experts et assistants sociaux ont de l’expérience dans ce domaine. Ils proposent généralement des prestations au sein des entreprises afin d’identifier exactement les risques et les facteurs. Ces derniers peuvent également identifier la présence d’une quelconque forme de violence ou de harcèlement. Leur principal objectif consiste à préserver et restaurer le confort au sein de la structure.

Offrir quelques jours de vacances aux personnes concernées

La souffrance au travail peut être causée par le stress. Pour prendre en charge cette souffrance, l’employeur a pour obligation d’offrir quelques jours de vacances au salarié afin qu’il puisse gérer son burn-out. Cela lui permettra de s’éloigner de la pression quotidienne et de s’aérer l’esprit. En général, quitter le bureau et changer de décor permet de refaire le plein d’énergie et revenir en meilleure forme.

Faire intervenir le médecin de l’entreprise

Si le médecin du travail constate que l’un des salariés est victime d’une souffrance au travail, il lui est possible de conseiller les délégués du personnel pour que ces derniers gèrent au plus vite la situation. Le médecin peut également prendre une décision si la situation lui semble assez grave. Dans un cas plus sévère, il peut prescrire un arrêt de travail ou déclarer que le salarié est inapte à son poste. Le dirigeant rédigera alors une recommandation afin de l’aider à trouver une autre entreprise où il se sentira mieux.

Les entreprises concernées par la BDES
Contrôle médical de l’arrêt maladie : faire appel à un expert